Page ajouté aux favoris

Ressources

Actualites

CASE Actualites

ENTRETIEN DE CHARGEUSE-RÉTROCAVEUSE 101

  • Publié mer. sept. 6, 2017

Le simple bon sens, les routines qui engendrent les bonnes habitudes et une compréhension de base des modifications apportées au système d'émissions des Tier 4 aideront à prolonger la durée de vie de n'importe quelle chargeuse-rétrocaveuse.

Les chargeuses-rétrocaveuses sont des éléments indispensables de nombreux parcs d’équipement, à tel point que souvent elles comptent sur un responsable qui leur est dédié. Par ailleurs, elles se retrouvent tout aussi souvent – sinon plus souvent – chez les propriétaires-opérateurs et les petites entreprises, où la personne qui conduit la machine s’occupe aussi de son entretien, de son transport, etc.

Même dans les grands parcs, où souvent une personne a la charge de l’entretien, il y a des mesures que l'opérateur peut prendre dans le cadre de ses activités quotidiennes qui auront un effet à long terme sur l'état et le rendement de la machine.

La prolifération d'équipements Tier 4 Final – avec leur consommation de carburant et leurs tolérances/demandes de liquides plus élevées – requiert également une attention particulière et la compréhension de toutes les personnes participant au cycle de gestion de la machine.

Affichez le présent article sur le mur de l'atelier ou imprimez-le et glissez-en une copie dans la cabine de chaque camion. C'est un bon rappel pour les opérateurs de chargeuse-rétrocaveuse, anciens et nouveaux, afin qu’ils gardent leur machine en état de marche optimal.

La grande sagesse du manuel du propriétaire

Connaissez-le. Ou du moins, sachez où il se trouve. À l'intérieur de chaque manuel du propriétaire se trouve un intervalle d'entretien détaillé qui doit être observé. Les responsables de parc de la vieille école afficheront ces intervalles dans un registre ou sur un tableau dans l'atelier. D’autres profiteront de la télématique présente sur certains modèles de chargeuse-rétrocaveuse (plus de détails à ce sujet plus loin) pour automatiser les alertes d'entretien afin de ne pas rater les intervalles. D’une façon ou d’une autre, tout ce dont vous avez besoin se trouve directement dans le manuel du propriétaire.

L’inspection avant et après le travail

Il s'agit sans doute des minutes les plus importantes de la journée pour ce qui a trait à la durée de vie de la chargeuse-rétrocaveuse (et en fait de toute autre machine). C’est toujours un peu la même chose : il faut vérifier les niveaux d'huile et de liquide hydraulique, vérifier la pression de gonflage et l'état des pneus (consigne particulièrement importante étant donné le temps que les chargeuses-rétrocaveuses passent en déplacement) et graisser au besoin (plus de détails à ce sujet plus loin). Il faut aussi prendre quelques minutes pour évaluer l'état général de la machine. Recherchez des traces de dommages ou de fuites et toute autre chose qui pourrait être en mauvais état ou indiquer la présence d’un problème qui pourrait nuire au fonctionnement de la machine. Vérifiez s'il y a de la peinture craquelée autour de la chargeuse-rétrocaveuse et des bras de la chargeuse, là où les pièces sont soumises à des contraintes particulièrement élevées. Les craquelures dans la peinture indiquent que la structure métallique sous-jacente pourrait être fissurée et doit être examinée afin de s'assurer qu'il n’y a pas de dommages graves. Vérifiez l'état des godets et des outils, et assurez-vous qu’ils sont tous correctement engagés. Vérifiez les courroies et les raccords auxiliaires. Le dépistage des problèmes mécaniques éventuels sur la chargeuse-rétrocaveuse, au début ou la fin de la journée, permet de s'assurer que la machine est toujours en bon état et correctement entretenue avant qu'un problème mineur se transforme en période d'arrêt coûteuse. L’inspection peut se faire à la fin du quart. De cette façon, les réparations peuvent être effectuées avant le début de la prochaine journée ou du prochain quart et les temps d'arrêt sont éliminés.

Des liquides en évolution constante

Il y a toujours une courbe d'apprentissage avec les nouvelles machines Tier 4 Final, mais il n'est pas trop difficile d’amener les pratiques d'entretien au niveau des normes et exigences courantes. Les liquides comptent parmi les points qui posent souvent problème.

Liquide d'échappement diesel (DEF)/AdBlue®

Il s'agit du « nouveau » liquide requis dans les chargeuses-rétrocaveuses modernes (développant plus de 74 ch), bien que les propriétaires de pièces d’équipement plus puissantes et de certains camions l’utilisent depuis des années. La gestion et la manutention de ce liquide sont relativement simples. Comme les autres liquides, le liquide d'échappement diesel doit être entreposé dans un endroit froid et sec (même si sa durée utile à 86 °F est tout de même de 12 mois). Il faut l’entreposer et en disposer dans des contenants réservés à cette fin de façon à éviter toute contamination (même une contamination mineure du liquide d'échappement diesel peut provoquer une baisse de performance et éventuellement une défaillance du système de réduction catalytique sélective). Achetez toujours du liquide d'échappement diesel conforme à la norme ISO 22241 et provenant d'une source fiable.

OAT (technologie de l'acide organique)

L’OAT est un liquide de refroidissement longue durée qui procure une protection supplémentaire du moteur et un meilleur rendement pendant la durée de vie de celui-ci. Sur les chargeuses-rétrocaveuses Tier 4 Final, un autocollant appliqué à un endroit visible près du point de remplissage indique qu’il faut utiliser de l’OAT ainsi que la marque prescrite par le fabricant d'origine. Cette information figure aussi dans le manuel du propriétaire.

Il faut s’abstenir de mélanger du liquide de refroidissement ordinaire avec de l’OAT et l’utilisation d’un liquide de refroidissement non indiqué ou hors spécifications (autre que celui prescrit par le fabricant d'origine) peut réduire les propriétés de l’OAT et causer des problèmes de compatibilité en cas de mélange.

Huile

Les chargeuses-rétrocaveuses Tier 4 Final d’aujourd’hui requièrent une huile à faible teneur en cendre, la CJ-4, qui n’était pas utilisée auparavant avec les modèles précédents. Cette huile résiste mieux aux températures élevées que les anciennes formulations et est rétrocompatible avec les anciennes machines et les anciens camions à moteur diesel. L'inverse n’est pas vrai, toutefois. Les anciennes huiles ne peuvent être utilisées avec de l'équipement Tier 4 Final qui spécifie la CJ-4. Reportez-vous toujours au manuel du propriétaire pour savoir quel liquide utiliser avec la machine.

Un mot sur l’analyse des liquides

Faites-la. Les concessionnaires d'équipement offrent des trousses d’échantillonnage simples à utiliser que les entrepreneurs peuvent se procurer, pour ensuite envoyer leurs échantillons pour analyse. Ils reçoivent normalement les résultats après quelques jours. L'analyse de l'huile moteur, du carburant, de l’huile hydraulique et du liquide de refroidissement donne de précieux renseignements sur l'état général du moteur, de la transmission et des systèmes hydrauliques. Elle permet souvent de diagnostiquer un problème potentiel avant qu'il ne se transforme en problème réel sur le chantier.

Ralenti

Pour dire les choses simplement, évitez d’utiliser le ralenti autant que faire se peut. (Nous savons bien que les personnes qui vivent en région nordique aiment garder le chauffage en marche à certaines périodes de l'année.) Laisser tourner inutilement le moteur au ralenti a toujours été un truc pour brûler sans raison du carburant, accélérer l’usure du moteur et augmenter les heures de fonctionnement de la machine. Pour ce qui a trait aux moteurs TIER 4 Final d'aujourd'hui, il n’est plus question de laisser les machines tourner au ralenti pendant de longues périodes. Quand le moteur tourne au ralenti, les gaz d'échappement du moteur n’obtiennent pas la chaleur nécessaire pour permettre le fonctionnement des composants du système antipollution. Cela peut causer le détarage du moteur et la défaillance des composants du système antipollution – une situation qui pourrait nécessiter une visite au service après-vente du concessionnaire. Cette situation peut être évitée en ne laissant pas tourner le moteur au ralenti pendant de longues périodes.

Graissage

L'une des erreurs que l’on voit les plus souvent – et qui est très facile à éviter – est le manque de graissage. Il s'agit d'une manœuvre simple (quoique parfois salissante) qui est trop souvent victime du syndrome « ça peut attendre encore quelques heures ». Il y a une raison pourquoi les fabricants recommandent de graisser certaines articulations tous les jours (le godet, les bras, la pelle rétro-extensible, etc.). Les machines sont faites de grosses pièces d'acier qui accomplissent des mouvements d'excavation, de levage et de pivotement précis sous une forte contrainte. Il faut de la graisse pour que tout fonctionne correctement et qu’aucun stress inutile ne s’exerce sur la machine.

Au début du quart de travail, dans le cadre de la période de réchauffement normale, faites bouger un peu la machine, levez et abaissez ses bras, faites tourner le godet et faites faire à la chargeuse-rétrocaveuse son cycle normal de mouvements. Soyez à l’écoute de tout son qui pourrait indiquer un grippage ou un frottement acier contre acier, puis graissez en conséquence.

La télématique

Les constructeurs comme CASE facilitent comme jamais la tâche des entreprises qui souhaitent découvrir le potentiel de la télématique. Par exemple, toutes les chargeuses-rétrocaveuses CASE sont équipées de série d'un abonnement de trois ans à CASE SiteWatch. Ce programme logiciel en ligne permet au propriétaire de la chargeuse-rétrocaveuse d’accéder à de l'information sur les facteurs de rendement de la machine, de suivre les heures d'utilisation du moteur et en un mot de faire un meilleur suivi des intervalles d'entretien et de l’état de la machine. Il peut envoyer des alertes quand certains intervalles sont atteints, ou quand les caractéristiques de fonctionnement de la machine sortent des paramètres souhaités. Essentiellement, il automatise plusieurs notifications et rapports sur les éléments que le propriétaire de la chargeuse-rétrocaveuse doit surveiller pour préserver la productivité à long terme de la machine et envoie cette information sur sa tablette, sur son téléphone ou à son bureau. Profitez de tous les avantages que ce logiciel a à offrir et gardez à l’esprit tous les points que nous avons abordés dans le présent article afin d’obtenir un temps d’utilisation optimal de votre machine. Maintenant et pendant de nombreuses années.

Que pouvons-nous vous aider à trouver?

0 résultats trouvé
type
filtré par:

Aucun résultat trouvé

Cliquez sur cette icône dans tout le site pour ajouter des pages à vos favoris.

Mes favoris CASE

0 résultat trouvé