Page ajouté aux favoris

Ressources

Actualites

CASE Actualites

SEMPER FI LAND SERVICES : QUELQUES CONSEILS POUR QUE VOTRE ENTREPRISE CONNAISSE LE SUCCÈS

  • Publié mer. sept. 6, 2017

Le fondateur de Semper Fi Land Services présente sa stratégie pour lancer une entreprise d'entretien et de préservation florissante à partir de rien.

Robert Velazquez, fondateur de Semper Fi Land Services, d’Aurora, en Illinois, n’est pas un entrepreneur ordinaire. Il a lancé son entreprise d'aménagement paysager en 2004, alors qu'il était encore adolescent, tout frais sorti de sa formation dans le Corps des Marines. Comme souvent, il a commencé en faisant à peu près tout le travail seul avec des camions et de l’équipement empruntés. Aujourd’hui, il se retrouve à la tête d’une entreprise florissante avec un vaste parc d’équipement et 35 employés.

Démarrer une entreprise comme Semper Fi n’a pas été une affaire de tout repos. Après avoir établi sa clientèle au cours des années 2004 et 2005, Robert a appris qu’il allait être déployé. « J'étais réserviste dans le Corps des Marines et on nous déployait en Iraq, explique Robert. J’ai envoyé une lettre à tous les clients que j’avais acquis en 2004 et 2005 pour les informer que j’avais ‘une obligation. Je pars pour l’Iraq et je reviendrai dans un an.’ Je n’ai pas vraiment fermé l’entreprise. Je l’ai simplement mise en attente. Je suis revenu, j’ai envoyé une lettre à chaque client dans laquelle je disais : ‘Je suis revenu et je reprends mon entreprise.' Bon nombre de ces gens sont encore mes clients aujourd'hui. »

Retour à la maison, redémarrage de l’entreprise

Robert est revenu aux États-Unis et à Semper Fi Land Services en 2007. La récession frappait les sociétés plus importantes et plus établies. Heureusement, Robert avait tissé des liens avec des clients plus petits. « De retour en 2007 pendant la récession, ç’a été difficile pour beaucoup de grosses entreprises bien établies. J’étais en relation avec certains clients qui me demandaient des petits travaux de rénovation. Heureusement, notre entreprise est passée à côté du ralentissement économique. Nous avons plutôt augmenté nos activités, ajoutant un employé ou deux chaque année. »

En 2012, Semper Fi Land Services a connu une importante croissance en pénétrant dans le secteur de la restauration écologique. Robert affirme qu’il est important de rester à l’affût et de sauter sur les occasions qui passent. « J'ai eu un mentor qui possède une entreprise de fabrication de grosses clôtures et autres produits en acier à Chicago. Il est cent pour cent commercial. Des routes à péage, le Département du transport de l’Illinois, plusieurs gros projets de construction dans la ville de Chicago. Il m'a présenté certaines certifications qui me permettraient de percer le marché commercial en tant que vétéran, membre d’une minorité et petite entreprise. J'ai rempli tous les papiers et fait toutes les démarches pour obtenir ces certifications.

« J'ai commencé à recevoir des appels de certains entrepreneurs actifs dans différents domaines. C'est ainsi que nos activités en restauration écologique ont débuté. Il y avait un entrepreneur qui avait besoin de la participation d’une MBE (Minority Business Enterprise). Nous avons examiné la situation et y avons vu une occasion en restauration environnementale. Ça semblait quelque peu différent, à l'extérieur du modèle classique d'aménagement paysager. Nous avons décidé d’y aller, et depuis cette activité a connu une forte croissance. »

L'expansion de ses activités a amené Semper Fi dans la préservation des forêts et d'autres aires d’importance du point de vue écologique. « Il peut s’agir du contrôle d’espèces envahissantes dans une réserve forestière, d’une prairie, d’une zone humide, d’une savane, etc. On fait des brûlages contrôlés, on épand des herbicides ou simplement on coupe la plante envahissante à la main. Parfois, on remet une zone naturelle en état. Il faut alors éliminer les espèces envahissantes, mais aussi les remplacer par des espèces indigènes. Nous avons un projet qui commencera bientôt dans une réserve forestière. Nous allons transformer 45 acres de terre agricole en savane. Nous allons ensemencer toute la zone avec des semences indigènes, planter quelques milliers d’arbres et arbustes, et transformer le tout en prairie. »

Quelques conseils pour stimuler la croissance

Quand on lance une entreprise par soi-même à partir de rien, on apprend bien des choses. Robert Velazquez partage quelques conseils pour les propriétaires d'entreprise motivés.

Conseil numéro un. Profitez des ressources disponibles.

« Suivez les cours et les séminaires pour entrepreneurs qui sont offerts gratuitement. Il est facile de dire : ‘Je n’ai tout simplement pas le temps, j’ai du travail à faire.’ Allez-y une, deux ou trois fois par année. Parfois, quand vous assistez à ces événements, vous êtes submergé de données et vous vous sentez dépassé. L’important, c’est de saisir une ou deux choses qui vous concernent plus particulièrement et les mettre en pratique. Lors de l’événement suivant, vous en saisissez une ou deux de plus. »

J'ai assisté à un forum pour les vétérans d’Aurora où j’ai appris qu’il existait un crédit d'impôt par employé qui est offert depuis un bout de temps. J’ai transmis l’information à mon comptable, et je lui ai demandé ce qu’il pouvait faire avec ça. Ça nous a aidés. Bien aidés. »

Conseil numéro deux. Il vous faut un mentor.

« Un mentor vous aidera beaucoup, en particulier si vous avez un mentor pour vos objectifs personnels. Essayez de trouver quelqu’un qui est en lien avec ce que vous faites et avec votre façon de fonctionner. Dans mon cas, nous avons mon mentor et moi beaucoup de choses en commun. Nous sommes tous deux d’anciens Marines, nous avons des éthiques de travail similaires, nous œuvrons tous les deux dans le domaine de la construction. Son entreprise est beaucoup plus grosse que la mienne. Alors, si je rencontre un obstacle financier que je dois surpasser, il est toujours là pour me donner un coup de main.

Le simple fait d’avoir quelqu’un à qui lancer des idées, ça vous permet de garder le contact avec certaines choses. Par exemple, profiter des conseils que l’on vous offre gratuitement. Nous avons eu certains problèmes de ressources humaines pendant notre croissance. Il nous a dirigés vers un service d’aide aux petites entreprises. Nous leur avons présenté notre problème et leur avons demandé leur avis. C’est ce qu’ils font, aider les petites entreprises. Ils nous ont mis en contact avec une spécialiste des ressources humaines, une femme qui en connaissait un bout sur la question. Finalement, nous avons obtenu une subvention pour lui permettre de venir chez nous et évaluer la situation. Elle vient encore aujourd’hui, une fois par mois. Elle vérifie que tout est OK, elle met à jour notre manuel, elle vérifie que tous les documents de nos employés sont conformes et toutes ces choses. »

Conseil numéro trois. Montez un réseau par l’entremise des associations industrielles.

« Nous sommes membres du chapitre de Chicago d’un organisme national de réseautage des vétérans appelé Elite. C’est un groupe de vétérans et de vétérans handicapés en service propriétaires de petites entreprises qui se rencontrent une fois par mois. Cet organisme communique avec des organismes plus importants et des entreprises de service pour leur demander si elles peuvent utiliser les services de vétérans ou insérer dans leurs contrats des clauses prévoyant le recours à des entreprises appartenant à des vétérans.

Conseil numéro quatre. La formation continue,

« Nous obtenons les adresses électroniques de cours donnés par l’ILCA (Illinois Landscape Contractors Association) pour l’identification, la coupe et l’élagage des plantes. Nous envoyons des gars là-bas et quand ils reviennent, ils transmettent les connaissances qu’ils ont acquises en matière de coupe, d’élagage, etc. Bon nombre de nos employés ont leur licence d’épandeur de pesticide délivrée par le département d’Agriculture de l’Illinois.

Pour la restauration écologique nous devons faire des brûlages contrôlés. Un instructeur certifié en contrôle des feux de forêt pour la région de Chicago vient nous donner une formation chaque année. Pour ce qui a trait à l’utilisation de scies à chaîne et autres outils similaires, nous donnons notre propre formation à l’interne. »

Conseil numéro cinq. Former un groupe d’employés de confiance.

« Au début, je pouvais m’investir dans tous les détails du travail, car j’avais plus de temps. Par la suite, j’ai mis sur pied un groupe d’employés de confiance selon ce que j’avais pu remarquer, l'attention au détail, le souci du travail bien fait, etc. Ce groupe est encore avec nous aujourd'hui. Certains employés sont avec nous depuis dix ans, huit ans, neuf ans. C’est sur ce groupe que je compte pour que le travail soit bien fait et chaque année nous grossissons un peu, nous avons de nouvelles occasions. »

Conseil numéro six. Ayez un plan.

« Ayez un plan d’affaires décrivant où vous voulez aller, quel sera votre marché, à qui vous vendrez votre produit. Apprenez à connaître vos concurrents, ce qu’ils font et les raisons pourquoi ils connaissent le succès ou ils ont des difficultés. Ensuite, mettez toute votre attention sur une chose que vous voulez faire et devenez vraiment, vraiment bon pour faire cette chose. »

Vous aurez des hauts et des bas, vous aurez des expériences d'apprentissage, des gains et des pertes. Les pertes ont aussi importantes que les gains, elles sont toutes deux des occasions d’apprendre. »

Conseil numéro sept. Investissez dans l'équipement approprié.

« Je croyais que je n’aurais jamais besoin d’une machine sur chenilles. Mais avec les projets qui grossissent et alors que vous déplacez plus de terre, vous devez en avoir une. Si vous travaillez le sol avec une machine sur roues quand la terre est humide, les roues vont patiner. Les chenilles sont plus efficaces. Dans les aires naturelles, c'est tout ce que vous pouvez utiliser. Vous ne pouvez pas employer de machines sur roues. Pour le défrichement forestier, l’élimination des espèces envahissantes, c'est incontournable. »

« Nous avons acquis deux machines sur chenilles standard. Nous avions de plus en plus de contrats dans le domaine de la restauration écologique et de l’élimination des espèces envahissantes. Il a alors fallu utiliser des accessoires de foresterie. Les machines standard ne peuvent manipuler ces outils. Alors, quand est venu le temps d’acheter une autre machine sur chenilles, nous l’avons choisie à grand débit afin de pouvoir répondre à toutes les situations. »

Conseil numéro huit. Développer une bonne relation avec le concessionnaire.

« J'avais une CASE 90XT à ce moment-là. McCann Industries était l’endroit le plus proche pour obtenir du service. Puis je me suis adressé à eux quand j'ai acquis ma CASE 435 série trois en 2010. C'est alors que j’ai connu Steve Costello. Steve et moi travaillons ensemble depuis ce temps.

Je pense que c’est le niveau du service qui a fait la différence. Lorsque je leur ai apporté ma 90XT pour la première fois, j'ai constaté la différence dans le travail qui s’est fait, dans l’examen minutieux de la machine. C’est très important, car la réussite d’une entreprise repose en grande partie sur la fiabilité de son équipement. Il faut éviter les problèmes qui immobilisent les chantiers. La qualité de l'équipement est un facteur essentiel. »

L'avenir

L'avenir est rempli de possibilités pour ceux qui s’investissent à l’ouvrage. Robert Velazquez voit un brillant avenir pour Semper Fi Land Services , mais il sait qu'avec toute la croissance qui s’en vient, il devra bientôt prendre de grandes décisions.

« Je pense qu’avec mon groupe, nous devrons décider de ce que nous voulons devenir, qui nous voulons servir et où nous voulons aller à partir de maintenant. Nous avons commencé dans le résidentiel, seulement l’aménagement paysager, puis nous sommes passés à la restauration écologique, les gros projets de stabilisation de berges et les projets d’aménagement de grande envergure pour les routes à péage d’Illinois Tollway. Nous restons attachés au secteur résidentiel, car c'est là que nous avons fait nos débuts. Nous y avons beaucoup de bons clients et ce secteur a été très bon pour nous pendant si longtemps.

Mais nous voyons aussi les possibilités qu’offrent la restauration environnementale, la remédiation des sols, les projets des routes à péage et des municipalités. C'est pourquoi il nous faut décider de la voie que nous désirons emprunter, de ce qui est le mieux pour nous. Nous devons apprendre à lâcher prise sur certaines choses et être particulièrement bons dans une chose. »

Que pouvons-nous vous aider à trouver?

0 résultats trouvé
type
filtré par:

Aucun résultat trouvé

Cliquez sur cette icône dans tout le site pour ajouter des pages à vos favoris.

Mes favoris CASE

0 résultat trouvé